GPFS
Groupement Philatélique
France Scandinavie
Sunday
17 February 2019
printer


Hosted by PlanetHoster



J. - E.   L A B O U R E U R

Né le 16 août 1877 à Nancy, Jean-Emile Laboureur vient à Paris en 1895 faire des études de droit. Il y rencontre Auguste Lepère qui l'initie à la gravure. Ayant trouvé sa vocation, il réalise des bois gravés dont le primitivisme concerté se réfère à Paul Gauguin. également ami de Toulouse Lautrec, qui apprécie son sens de l'humour, il se lance dans la lithographie avant d’accomplir un voyage autour du monde.

En 1911, l’artiste commence à exposer à Paris, délaissant le bois pour l'eau-forte et l'influence de Gauguin pour celle des cubistes. Graveur en possession des plus hautes traditions, maître d'un métier difficile, il réussit à se créer un style personnel. Son art possède un souci d'élégance très particulier, associé à une grande finesse de trait. C’est de 1912 que peut se dater la réputation d'un artiste dont la place demeure considérable dans le grand mouvement de l'art moderne. Pratiquant avec le même bonheur l'eau-forte et la pointe sèche, Jean-Emile Laboureur fonde en 1921 avec Raoul Dufy le groupe des "Peintres graveurs indépendants" et illustre des œuvres d'André Maurois, de Jean Giraudoux, de Colette, d'Oscar Wilde, de Paul Jean Toulet et de nombreux autres.

L’artiste est très recherché par les écrivains et les éditeurs. Puis, c’est en 1927 qu’il fait ses débuts pour la philatélie en participant à un concours pour la création d'un timbre original au profit de la Caisse d'amortissement. L'illustration doit "marquer l'effort accompli par la France pour son relèvement". Jean-Emile Laboureur grave sur cuivre un moissonneur et une bergère, timbre qui ne sera pas retenu. À partir des années 1930, il se consacre aux paysages, en particulier ceux de sa région, Le Croisic, et laisse de nombreuses planches sur la Brière. Puis, en 1934, il est appelé pour créer une série "d'une tenue plus artistique" que les timbres du moment. Il réalise alors deux maquettes : la "Rivière bretonne" (qui survivra miraculeusement au départ du ministre lors de la chute du gouvernement Daladier) et cette tour Eiffel, dont un proche du ministre juge alors qu'elle "n'est pas rigoureusement d'aplomb". Sa "légère inclinaison vers la droite" lui sera fatale. C’est en 1935 que Jean-Emile Laboureur grave sur zinc "Le policeman", œuvre qui fait date dans l'histoire de la gravure française. L’artiste vient alors d'inventer un style bien à lui. En 1936, il participe à un nouveau concours, pour illustrer l'Exposition universelle de l'année à venir, concevant ce projet étonnant : dans une salle de cinéma, la foule découvre sur écran géant le tout nouveau Palais de Chaillot. Trop moderne, ce projet ne sera pas retenu.

Sociétaire du Salon d'automne et du Salon des Indépendants, Jean-Emile Laboureur disparaît le 16 juin 1943 à Kerfalher.