GPFS
Groupement Philatélique
France Scandinavie
Saturday
14 December 2019
printer


Hosted by PlanetHoster



P.   G A N D O N

Né à L'Hay-les-Roses le 20 janvier 1899, Pierre Gandon est le fils de Gaston Gandon, qui lui donne, avec son tempérament artistique, le goût des belles choses. Aussi quand il lui faut choisir une carrière, se dirige-t-il tout naturellement vers l’Ecole Estienne et l’Ecole des Beaux-Arts. Là, il est l’élève de Dezarois puis de Cormon, un peintre extraordinaire qui avait été le professeur de Toulouse-Lautrec. En 1922, à 22 ans donc, il décroche le prix de Rome de gravure pour son Prométhée puis en 1925 obtient une bourse de voyage de l’Etat. Recevant le prix de la Ville de Paris un an plus tard, son activité artistique s'exerce d'abord dans une double direction: la gravure, avec des illustrations de livres, et la peinture qui le voit notamment décorer les murs du pavillon de tourisme à l'Exposition Universelle de Paris en 1937. Hors concours au Salon des Artistes français, Pierre Gandon obtient en 1937 la médaille d'or des artistes français. Il aborde peu après le domaine du timbre-poste pour s'y tailler une place éminente, dessinant et gravant plus d'un millier de timbres aussi bien pour la France, Monaco, Andorre, les Etats francophones d'Afrique et le BEPTOM (Bureau d'Etudes des Postes et Télécommunications d'Outre-Mer) que pour la maison Delarue à Londres. C’est en 1941 qu’il réalise son premier timbre pour la France, Les armoiries de Reims. Vingt ans plus tard, en 1961, la Poste lui confie la gravure de la première série de tableaux. Puis en 1983 Pierre Gandon grave son dernier "commémoratif" pour la France à l'occasion de la Journée du timbre, « Homme dictant une lettre » de Rembrandt. Plusieurs fois lauréat du Prix de l'Art philatélique et du prix Europa, il peut s'enorgueillir d'avoir remporté le prix du "Plus beau timbre du monde" décerné en Italie par un jury International. Juste récompense du haut talent de cet artiste, auteur de quelques cinq cents maquettes ou poinçons.

Promu Chevalier de l’Ordre de la Légion d'honneur, Officier du Mérite postal, Commandeur du Nicham-Iftikhar, Chevalier de l'ordre de Saint Charles de Monaco, il est l'un des plus grands noms de la gravure et du timbre-poste français. Nous lui devons trois de nos timbres les plus connus de la seconde moitié du XXe siècle : la Marianne de 1945 qui porte son nom, la Sabine de 1977 et la Liberté de 1982 qui vint la remplacer. Parmi ses autres réalisations philatéliques, Pierre Gandon a été récompensé par un Grand prix pour les timbres suivants : Haute Couture, timbre de 1953 gravé par Jules Piel (YT 941) ; La Jeune Fille de Bora Bora de 1955 et La Dame à la Licorne (tapisserie) de 1964, timbres dessinés et gravés par l’artiste lui-même (YT 1321 et 1425). Pierre Gandon disparaît le 23 juillet 1990 à Lorrez le Bocage Preaux, Seine et Marne.

 
opportunity